040616_1 (1)

Dis, mon Maître, Ficelle et tous les autres qui "partent", y vont où ? Dans les étoiles ? Dans l'arc-en-ciel ? "Ailleurs" ?

-Tu vois Frimousse, il y a bien bien longtemps quelqu'un a répondu ceci à un roi qui lui posait la même question que toi :  

"La vie de l'homme sur la terre, ô Roi, me semble […] comparable au vol rapide d'un moineau à travers votre salle des banquets où vous êtes assis pour souper en hiver, avec vos suzerains et vos barons. Le feu brûle dans la cheminée et les flammes réchauffent la salle, tandis que les bourrasques de pluie ou de neige font rage à l'extérieur. Le moineau entre par une  porte et sort immédiatement par une autre. Pendant le temps qu'il est à l'intérieur, il est à l'abri de la tempête, mais après ce court instant dans le temps calme, il disparaît immédiatement hors de votre vue, passant ainsi d'un hiver à un autre. La vie de l'homme est ainsi pendant quelques années, mais de ce qui va suivre, ou ce qui était avant, nous ne savons rien."

Mais toi, mon Maître, qu'est-ce t'en pense ?

-Un chanteur grec chantait : "As long as you remember me / I'll never be too far" (chanson)  "Tant que tu te souviendras de moi / Je ne serai jamais bien loin". Tu vois, Frimousse, tous nos amis, chats, chiens, humains, ils continuent à vivre dans notre mémoire, dans notre cœur. Il ne faut jamais les oublier. Et en parler souvent, c'est leur permettre de continuer à vivre.

C'est pour ça que tu parles souvent de Tigri ?

-Oui, petit Frimousse.